Vendredi 18 avril 2014

Tout est achevé…(Jean 19,28-37)


Lire le texte

Dans l’évangile de Jean, la mort de Jésus reste celle d’un innocent condamné injustement. En même temps, Jean anticipe déjà la victoire du Christ. La parole «tout est achevé» marque la fin de la vie de Jésus, mais signifie aussi l’accomplissement du salut de Dieu pour l’humanité. Jésus remet l’esprit: il rend son dernier souffle, mais les mots utilisés anticipent déjà le don de l’Esprit Saint aux disciples (Jean 20,22). Le sang et l’eau qui sortent de son côté montrent que Jésus est vraiment mort, mais ils symbolisent aussi les deux sacrements du baptême et de la cène qui témoignent de la vie offerte de Jésus. Jean-Sébastien Bach a magnifiquement exprimé ces deux dimensions dans l’aria «Es ist vollbracht» de la Passion selon Saint-Jean. Celle-ci commence par un chant triste et méditatif sur «Es ist vollbracht» qui approfondit la parole de Jésus «Tout est achevé» en évoquant la nuit du deuil. La plainte est brusquement interrompue par un bref chant de victoire «Le héros de Juda l’emporte avec force et clôt le combat», puis la plainte reprend brièvement avant que Jésus expire. J’aimerais vivre ce Vendredi saint sur ces deux plans en même temps: pouvoir regarder la mort de Jésus sur la croix, prendre en compte tous les sentiments qu’elle m’inspire, tout en percevant l’accomplissement de l’amour de Dieu qui est mystérieusement vainqueur du mal et de la mort.
Prière: O Dieu, merci parce que Jésus a partagé notre humanité jusque dans la mort. Merci pour ton amour donné qui veut encore et toujours nous entraîner vers la vie.  

Référence biblique : Jean 19, 28 - 37

Commentaire du 19.04.2014
Commentaire du 17.04.2014


Ce commentaire a été écrit par un partenaire de Pain de ce jour.
Pour en savoir plus :
- Version papier : abonnement et prix de la brochure
- Présentation de Pain de ce jour