Dimanche 23 novembre 2014

Psaume 75


Ce n’est pas de l’orient, de l’occident, ni d’ailleurs Que nous vient un sort meilleur ou l’honneur d’un plus haut rang: C’est lui, c’est le Dieu vivant, Qui les donne et les reprend.

Dieu rétablit sa souveraineté contestée par les hommes. Il n’entre pas par surprise, mais annonce ce qu’il va faire. Le premier signe du jugement est donné par des catastrophes naturelles: le pouvoir de Dieu devient la toile de fond de l’impuissance des hommes. Le vin du Seigneur, «trouble et âpre» (9) du jugement, est une image forte de ce psaume et récurrente dans la Bible. L’exaltation de lui-même, ce «produit dopant» par lequel l’homme cherche le bonheur, deviendra l’instrument de sa perte. La pensée biblique est d’une grande violence sur ce point, et il ne faut pas chercher à en édulcorer la vérité: les hommes croient s’enivrer de leurs propres conquêtes, mais c’est Dieu qui tient la coupe! Ils boiront jusqu’à la lie leur propre refus. Ils ne voulaient pas de Dieu? Eh bien, qu’ils restent pour toujours «sans-Dieu»! C’est cela l’enfer. A moins qu’ils acceptent, des mains du Christ, la coupe de son sang salvateur, «la coupe de bénédiction pour laquelle nous rendons grâces».
Prière: «Chaque fois que vous n’avez rien fait pour l’un de ces petits…» (Mt 25,31-46) «Dieu ne nous a pas appelés pour nous juger, mais pour que nous obtenions le salut par notre Seigneur Jésus-Christ.» (1 Th 5,8-11)  

Référence biblique : Psaumes 75

Commentaire du 24.11.2014
Commentaire du 22.11.2014


Ce commentaire a été écrit par un partenaire de Pain de ce jour.
Pour en savoir plus :
- Version papier : abonnement et prix de la brochure
- Présentation de Pain de ce jour