Mercredi 22 octobre 2014

Rétablir le passé… ou changer le présent? (Néhémie 6,1-9 )


Lire le texte

Qu’est-ce qui suscite tant d’opposition dans le projet de reconstruction de Néhémie? Tout au long de ces chapitres, l’opposition de Sanballath, Tobia, Guéchem et leurs compagnons ponctue le récit. Moqueries, colère, pièges, attaques, accusations, tout est bon pour faire échouer la reconstruction, par le discrédit ou par des moyens encore plus directs. Pourquoi l’opposition? C’est aussi demander: pourquoi le projet? Les diverses tonalités du récit de Néhémie nous interpellent et nous questionnent: s’agit-il d’une affirmation identitaire, contre des oppresseurs étrangers (les origines non judéennes des adversaires sont nommées avec insistance…)? S’agit-il d’un rêve de reconstituer un passé glorieux et regretté? Ou encore de la volonté d’un groupe d’opprimés, marginalisés, de prendre leur destin en main? Ce qui nous parle peut-être aujourd’hui, c’est le risque du changement. Rester cassé, c’est presque normal, l’entourage s’en accommode. Mais tenter une reconstruction, c’est changer; c’est risqué. Surtout si reconstruire signifie, non pas refaire ce qui n’est plus, mais aménager quelque chose de nouveau, même avec le matériau d’avant. L’opposition au changement fait partie du changement, et la gestion de l’opposition aussi.
Prière: Seigneur, lorsque je vois autour de moi des gens qui tentent un changement, fais de moi un témoin attentif plutôt qu’un adversaire à tout crin.  

Référence biblique : Néhémie 6, 1 - 9

Commentaire du 23.10.2014
Commentaire du 21.10.2014


Ce commentaire a été écrit par un partenaire de Pain de ce jour.
Pour en savoir plus :
- Version papier : abonnement et prix de la brochure
- Présentation de Pain de ce jour