On n’a pas attendu la crise sanitaire pour porter des masques !

Chacun porte des masques tous les jours: le masque du paraître, du faux-semblant, du calcul, et tant d’autres. Avec le temps de l’Avent, un regard d’Enfant pointe à l’horizon et nous invite à tomber le masque, en jetant un regard différent sur notre monde et ceux qui nous entourent. Nous sommes appelés à retrouver ce regard d’enfant caché au-dedans de nous, pour redécouvrir la simplicité, la joie et la confiance qui ont été particulièrement mises à mal ces derniers mois. On comprend alors que l’extraordinaire n’est nulle part ailleurs que dans l’ordinaire, l’au-delà est au-dedans, la force de la vie et de l’espérance est d’abord dans ce qui il y a de plus simple et de plus fragile. Tomber le masque, c’est répondre à l’appel de cette nouvelle naissance!

On n’a pas attendu non plus la crise sanitaire pour ouvrir des fenêtres d’espérance. Un peu partout, des femmes et des hommes se mobilisent chaque jour, sans relâche et souvent dans une grande discrétion, pour raviver la flamme de l’espérance dans le cœur de ceux qui croyaient l’avoir perdue. Pendant tout le temps de l’Avent, l’EERV choisit de mettre chaque jour la lumière sur une action qui montre que le Christ arrive démasqué : il n’a pas dit son dernier mot dans notre monde. Sa naissance est plus que jamais synonyme d’espoir et de promesse pour notre vie.

Osons tomber le masque… et ouvrons nos fenêtres d’espérance !

David Freymond, pasteur