Durant cette année, tout a été chamboulé. Impossible de fêter Pâques. Impossible de vivre l’été comme d’habitude ! Et Noël ! Impossible de fêter comme d’habitude. Alors que nous avions des habitudes. Faire de grandes fêtes. Partir pour fêter Noël sous les tropiques ou pour aller rejoindre sa famille. Quelles sont vos habitudes qui ont été changées cette année?

En changeant ces habitudes, cela nous fait parfois goûter combien on aimait ces habitudes. Ou bien, cela nous glisse à l’oreille, que d’autres façons de fêter Noël peuvent avoir également du sens. Imaginez les premiers Noël, quand la fête du solstice d’hiver a fait place à la fête de Jésus le Christ. Imaginez également la première fois que le sapin de Noël est entré dans les maisons avec la Réforme. Des changements d’habitudes sont arrivés. Parfois ils sont beaux et chaleureux, comme cette idée de créer une étoile lumineuse faites grâce aux bougies apportées par chacun et chacune. Parfois ils sont difficiles, comme pour ceux et celles cette année qui ne pourront fêter Noël que grâce à la solidarité de chacun et chacune, à l’image des nombreuses initiatives mises sur pied par notre Eglise.

Grâce… voici un petit mot merveilleux. Qu’il soit utilisé comme nom ou comme locution. Noël, c’est la fête qui ne peut exister que grâce à chacun et chacune. L’enfant de Noël n’a pu vivre que grâce au soin de sa mère et de son père. Cette fête de Noël ne pourra être sauvée que grâce à de nouvelles habitudes qui diront à leur manière la paix et la joie. Noël, c’est la fête de la Grâce de Dieu, de son amour inconditionnel pour chacun et chacune que l’on soit sages étrangers ou simples bergères. Chacun et chacune est digne. Belles fêtes de Noël !

Laurence Bohnenblust, pasteure