Une des rues du village où nous habitons est nommée rue Hélène Correvon, mais personne encore n’a pu nous renseigner sur les circonstances qui ont valu à cette femme ce rare honneur.

Une autre rue est dédiée au Docteur Gallendat. Est-ce bien lui, qui, né à Yvonand, fit une carrière internationale de chirurgien, notamment en Hollande ? Il fut l’inventeur de techniques d’obstétrique de pointe au 18ème, médecin humaniste, après avoir fait, dans sa jeunesse, quelques voyages comme médecin sur un navire négrier.

Les remises en questions actuelles des héros du passé sont intéressantes, parce qu’elles nous obligent à entendre ce que disent ces traces historiques qui habitent silencieusement notre environnement. De temps en temps, les pierres crient, rappellent ce qui a fait notre histoire. Faut-il corriger pour autant cette histoire ? Je ne suis pas partisane des destructions sauvages mais d’en discuter, certainement.

Sauf quelques exceptions, le problème ne réside pas dans la plaque ou la statue mais dans le lien que nous entretenons avec elles. Il ne s’agit pas de juger moralement la personne statufiée à titre individuel, mais de nous demander ce que notre société lui doit, et de quoi nous avons hérité. Il ne s’agit pas de détruire le passé mais d’en tirer les lecons.

Les valeurs de notre société ont changé, mais il est important de faire mémoire. Notre prospérité a été souvent bâtie sur l’exploitation d’autres parties du monde. Cela questionne nos modèles actuels. Est-ce que, comme société, on peut continuer à vivre ainsi ? Les pierres crient…qui les écoute ?

Christine Nicolet van Binsbergen, pasteure,
Le 4 juillet, jour de la fête nationale américaine.