Triptyque spirituel: trois exercices à pratiquer avec l’aide de l’Esprit

On l’a dit, trouver des bénévoles pour s’engager dans la vie d’Eglise, n’est pas chose facile et plonge de nombreux conseils dans un certain découragement. « Peu de gens manifestent de l’intérêt », « Tout le monde est trop occupé » « Nous ne savons plus à qui demander… »  « C’est aux ministres de trouver des gens! »

Sans nier cette difficulté, orientons nos regards vers Dieu. C’est lui qui appelle. C’est son Eglise, avant d’être la nôtre. Cette prise de conscience invite à faire davantage de place, avant toute autre démarche, à la spiritualité. Reconnaître nos limites, puis nourrir et laisser grandir notre espérance.

Afin de nourrir les énergies, présentes et futures, nous vous invitons à une triple démarche, sorte de triptyque spirituel qui pourrait progressivement, et davantage peut-être que ce n’est déjà le cas, habiter, devenir une posture dans l’engagement de conseiller-ère.

 

Renforcer notre spiritualité commune

Ensemble, en équipe, nous « frotter » à l’Ecriture pour écouter et sentir ce que l’Evangile nous dit, nous fait… Pour ensuite exprimer et échanger sur ce que nous en pensons. Avant de discerner, finalement, ce que nous en faisons concrètement.

Parmi les différents supports qui existent, nous vous suggérons:

  •  Lectio divina qui est une démarche bien structurée et facile à mettre en pratique sans demander de grande préparation et en impliquant tous de la même manière. Des brochures-guide sont à disposition auprès de Magda Eggimann, pasteure à l’ORH responsable de la formation et accompagnement des Conseils, 021 331 57 17 ou 078 754 53 84, magda.eggimann@eerv.ch, ou à télécharger directement le Livret Lectio.
  • « Etincelles», démarche proposée dans la brochure Relève 2019 qui invite à méditer à partir de versets bibliques. Prévue pour la période de l’Avent en particulier, elle peut très bien convenir pour d’autres périodes de l’année.
  • Prier seul et ensemble en s’inspirant du site web : http://www.untempspourprier.ch
  • S’intéresser à toute méthode qui nous met face à l’Ecriture et nous engage dans ce mouvement dont une composante essentielle est la prière en communauté et pour la communauté.

 

Se raconter les uns aux autres pour raconter et construire notre Eglise

Quelle est mon histoire de vie ? Et celle de mon engagement ? Quelle est l’histoire de notre lieu d’Église ? Ses pages lumineuses et plus sombres ? Mettre des mots sur son cheminement personnel et communautaire permet de créer un récit partagé autour de la dynamique du lieu d’Église et du conseil. L’objectif ? Construire une histoire de l’actualité et des perspectives d’avenir pour notre lieu d’Église. Les bénéfices avérés en sont; une meilleure cohésion de l’équipe, une clarification de la mission du conseil en tant que groupe et de sa propre place et action en tant que conseiller-ère.

 

 

 

Espace idées et espace réalisation

Discerner, distinguer où, quand et comment se met en place la dimension stratégique, qui est de la responsabilité du conseil. Discerner ensuite où, quand et comment se joue lopérationnel. Souvent les conseillers sont impliqués sur les deux fronts qui finalement se confondent. Or, tout le monde ne dispose pas de mêmes talents, intérêts, disponibilités et envies quant à son engagement. Et ce n’est pas nécessaire. Réfléchir à « qui se charge de quoi » en fonction de ce qu’il aime, sait et souhaite offrir à la vie de la communauté serait plus pertinent et efficace. Nous encourageons vivement les conseils à cultiver et soigner ces distinctions dans leur fonction de « cadres » laïcs engagés aux côtés des ministres.

Un simple exemple pour illustrer: en planifiant une activité paroissiale, distinguer entre son sens, sa visée, ses objectifs (stratégique) et sa réalisation pratique, c.-à-d. qui, quand et comment la met en place (opérationnel).