L'Eglise: des occasions de se rencontrer

L'Eglise: des occasions de se rencontrer

L’Eglise réformée vaudoise offre ses services à tous et à toutes.

Fixer ses frontières la préoccupe moins que demeurer ouverte et disponible auprès de la population.

 A quoi se mesure la vitalité d’une Eglise?

Au nombre de personnes qui se rendent au culte, répond l’opinion générale. Ce point de vue est réducteur.

L’apport d’une Eglise se mesure à la place qu’elle occupe dans la société et aux services qu’elle rend. La vie d’aujourd’hui est dure et complexe. Chômage, violence, brassage des religions et des cultures, menaces sur l’environnement, solitude, précarité grandissante pour beaucoup ont de quoi ébranler bien des certitudes et susciter bien des inquiétudes. Les repères se brouillent, les questions foisonnent. Vivre n’est pas de tout repos.

L’Eglise réformée vaudoise prend cette réalité au sérieux. Avec les autres Eglises, elle est porteuse d’une Parole et d’une sagesse millénaires qui aident à vivre, et à s’orienter dans la vie. Cette Parole et cette sagesse ne se donnent pas comme un livre de recettes toutes faites qu’il suffirait d’appliquer.

S’y référer, c’est entrer dans un chemin de construction, avec soi-même, avec les autres, avec Dieu.

Dans ce canton, avec les enfants, les adolescents et les jeunes, les parents, les jeunes mariés, les personnes âgées, les malades et les endeuillés, les fragilisés par la vie, les personnes en recherche et en formation, l’Eglise réformée vaudoise est engagée dans un processus d’écoute, de dialogue et de solidarité.