Peut-être entamerez-vous une galette espérant y découvrir la fève et devenir ainsi roi.

La légende est sympathique et suscite de joyeuses convoitises autour de la table familiale.

Rien à voir avec l’épisode qui relate les lendemains de la nativité. A peine né, l’enfant de Noël est menacé par Hérode, monarque fou, qui s’agrippe au pouvoir. Histoire connue et mille fois répétée, pas besoin de vous faire un dessin. C’est qu’il aime diriger, dominer, posséder. Alors il compte, il recense. Déploie toutes sortes de stratégies pour rester vissé à son trône dans l’espoir de ne pas le perdre. A l’inverse, trois sages n’ont pas hésité à se mettre en route quittant leur terre et leurs biens. Intrigués par la brillance d’une étoile. Mus par une curiosité confiante. Ils sont de ceux qui ne craignent pas l’ailleurs et l’autrement. Ils ne se satisfont pas de ce qui est connu comme horizon.

A la convergence de ces destinées, un petit d’homme aux éclats divins forcé à l’exil avec ses parents. Sa naissance aurait pu n’être qu’un détail de l’histoire. Elle a changé la face de la terre. En cette épiphanie, je ne peux m’empêcher de penser à celles et ceux qui, aujourd’hui, ont dû fuir leur pays. Déracinés, ballotés sur les routes d’un monde qui semble ne pas vouloir d’eux. Quand ils ne sont pas engloutis dans une mer pourtant commune. Beaucoup les considèrent comme une menace. Et s’ils étaient plutôt une promesse ? Et le rappel que le sens de nos vies n’est pas décrété par les puissants mais incarné par chacune et chacun !
Line Dépraz, pasteure EERV