Dimanche 13 janvier 2019

Psaume 47


Lire le texte

Les princes des peuples rassemblés se joignent au peuple du Dieu d’Abraham : Ces protecteurs sont à Dieu, qui s’élève au-dessus de tout. « Psaume du règne » créé à l’occasion d’un sacre royal, d’une victoire qui augmente « l’héritage » (5), ou d’un cortège qui du palais transférait au temple l’arche de l’Alliance. Phraséologie de cour – mais ici, le Roi c’est Dieu : il paraît et inaugure, son arche « monte » parmi les vivants (8-9). Mépris d’Israël pour « les nations » vaincues et annexées (4-5) ? Affirmation bruyante d’une identité religieuse afin d’exorciser l’attraction des usages et dieux des voisins ? Il faut lire surtout la joie expansive du peuple devant son Dieu, qui a vaincu les forces du chaos et la fermeture des cœurs. Ce dimanche est dit « du baptême du Christ » si on lit l’évangile de Jean, ou « de l’inauguration de son ministère » si on lit l’un des trois autres. Sa manière de « monter » (6), c’est de « descendre » vers son peuple, se heurter à l’incompréhension. C’est lui, l’humble, le Roi des rois. Notre Roi !


Prière: Echo dans les textes de ce dimanche « Tous admiraient et s’étonnaient : N’est-ce pas le fils de Joseph ? » (Lc 4,14-30) « Comment en entendront-ils parler si personne ne l’annonce ? » (Rm 10,13-20) Cantique « PsC » n° 275 ; « Alléluia » n° 46-03  

Référence biblique : Psaumes 47

Commentaire du 14.01.2019
Commentaire du 12.01.2019