Samedi 8 décembre 2018

Un comble ! (Esaïe 12,1-6)


Lire le texte

Quel fils ou quelle fille se réjouit d’avoir été grondé ou de s’être disputé avec ses parents ? Ne tempête-t-il pas ? Ne boude-t-il pas avant de reconnaître le bien-fondé qui peut amener des parents à se fâcher ? Ici, rien de tel. Du moins, cette étape a été dépassée. Ne sommes-nous pas tous pécheurs ? Ne transgressons-nous pas les règles de l’amour divin ? Ne nous éloignons-nous pas de Dieu de temps à autre ? Nous sommes imparfaits. Nous le savons. Le tout est de ne pas rester dans cet état de fait, de sortir de l’ornière lorsque l’on nous tend la main pour ce faire. Nous pouvons choisir de nous maintenir en situation, nous pouvons aussi choisir de nous sortir de nos impasses. La méchanceté, la jalousie, les propos diffamants ne sont pas une issue à long terme. Ce sont des charbons ardents qui s’amassent au-dessus de notre tête ; jusqu’à la prochaine grêlée. Là, nous aurons à rendre des comptes. Esaïe chante le bonheur d’avoir été consolé, de compter parmi les enfants de Dieu. Il loue les qualités et les effets du salut offert par Dieu à son humble serviteur. Il a trouvé sa voie. Au soleil, il chante cette délivrance dont il profite. Il est heureux. Il en témoigne. N’est-ce pas le rôle de tout un chacun ?

François Rousselle

Prière: Seigneur, tu nous offres le salut après notre reddition. En Christ, tu nous accueilles. Il nous précède en toutes choses. Et nous sommes sur le chemin de la rencontre. Dans le cœur de nos nuits, de nos silences, tu es présent. tu brilles au firmament avant d’illuminer nos vies.  

Référence biblique : Esaïe 12, 1 - 6

Commentaire du 09.12.2018
Commentaire du 07.12.2018