Vendredi 12 janvier 2018

Rupture. (Deutéronome 1,34-46)


Lire le texte

Dieu se fâche et annonce la punition à venir; une fois encore, le peuple désobéit; Dieu le frappe durement et ne l’écoute plus. Le récit prend des accents de querelle de famille; chacun campe sur ses positions pour le malheur de tous. L’image de Dieu qui punit, de Dieu qui en a assez des siens et qui reste sourd à ses pleurs à quelque chose de dérangeant. Entraînée par ma sympathie pour le peuple, je me risque à écrire que l’on était en droit d’attendre un peu mieux de Dieu, plus de compréhension et de retenue! Et puis en même temps, ce texte a le mérite de nous rappeler que l’on ne joue pas avec Dieu, qu’il n’est pas une idole quelconque, malléable à notre guise. L’amour véritable n’est pas la porte ouverte au n’importe quoi. Mais l’amour engage et demande une prise de responsabilité. C’est de cela que le peuple se montre incapable, agissant tel un enfant gâté, n’en faisant qu’à sa tête, allant jusqu’au bout de son entêtement sans en mesurer les conséquences.

Dominique Giauque Gagnebin

Prière: Seigneur, donne-moi de prendre ta parole au sérieux, de l’écouter véritablement et de la mettre en pratique. Ne me laisse pas m’égarer loin de toi ni penser que je peux arranger ta volonté selon mes désirs.  

Référence biblique : Deutéronome 1, 34 - 46

Commentaire du 13.01.2018
Commentaire du 11.01.2018