Mercredi 26 avril 2017

Un chemin à découvrir (Luc 24,28-35)


Lire le texte

Les apôtres sont trop enfermés dans leur deuil, dans leur tristesse, pour être suffisamment sensibles à la présence du Dieu agissant, du Christ. Leurs yeux sont forcés de ne pas le reconnaître (v. 16), dit explicitement le texte grec par cette force terrible qu’est le chagrin et, probablement le désespoir. Leur intelligence est comme anesthésiée, incapable de la moindre vivacité. Pour déverrouiller leur être, le Christ ouvre une brèche en eux, en leur être. Après leur avoir expliqué les Ecritures, il prend le repas avec eux. Et c’est au moment du partage que les disciples reconnaissent leur maître. Ce ne sont pas les mots qui ont le plus d’impact, mais bien l’action de Jésus de rompre le pain. Le partage du pain rappelle ce qui était arrivé lors du jeudi saint. Seul un petit groupe de personnes savait ce qui s’était passé dans cette chambre haute. C’est cette connaissance commune agissant comme un symbole qui ouvre le regard des apôtres. Ils découvrent que le Christ n’est plus limité à un temps ou à un espace particuliers. Pâques est donc ce moment où Dieu abolit les limites et les barrières que les hommes posent. Un Dieu qui nous rejoint et qui nous invite à nous élancer sur le chemin de la vie avec confiance et joie.

Nathalie Schopfer

Prière: Seigneur, aide-nous à discerner les signes de ta présence tout au long de notre existence.  

Référence biblique : Luc 24, 28 - 35

Commentaire du 27.04.2017
Commentaire du 25.04.2017