Lundi 8 février 2016

Prescriptions hygiéniques (Tite 1,1-9)


Lire le texte

Osons-nous l'avouer, la lecture de ces textes qui évoquent les nécessités impérieuses de l'organisation d'une communauté chrétienne fait l'effet d'une douche glacée. Il m'a fallu des années pour retirer la moelle substantifique de ce que j'aurais taxé de moralisme desséchant à mes débuts dans le ministère. Le vieux serviteur qui a blanchi sous le harnais rappelle à son successeur les conditions-cadres de la piété: les croyants sont des êtres qui ont été éveillés au sens d'une vie portée par des valeurs d'éternité. Ils aspirent à vivre leur existence de manière à ne pas la gaspiller inutilement. Cela les amène à vouloir connaître toujours plus ce que Dieu attend de ceux qui lui appartiennent. D'où l'évocation de la «saine doctrine». Le terme «saine» est la traduction d'un mot duquel nous dérivons ‘hygiénique’, il a le sens fondamental d'être sain et bienfaisant, et se rapporte à ce qui protège, préserve et favorise la vie. Nous nous organisons dès lors en vue de développer en nous et dans nos institutions le plus haut niveau de santé mentale et spirituelle. Ni plus ni moins, pour éviter de simplement scruter le contenu de nos assiettes et laisser notre esprit se repaître d'ordures.
Prière: Seigneur, pour faire du bien, donne-moi d'être bon. Pour nourrir la piété des autres, donne-moi de chercher auprès de toi la nourriture de la vie éternelle. Donne-moi l'esprit des grands hommes de ton Eglise, cet esprit de foi, de renoncement et d'amour, qui fait les serviteurs fidèles.  

Référence biblique : Tite 1, 1 - 9

Commentaire du 09.02.2016
Commentaire du 07.02.2016