Vendredi 26 juin 2015

Le Dieu de l’exil et de l’exode (Genèse 45,25–46,7)


Lire le texte

Jacob – Israël – hésite à quitter la terre de ses pères pour s’exiler en Egypte. Personne ne part en exil le cœur léger! Ce qui le pousse, c’est le «regroupement familial» et le désir de revoir son fils Joseph, même si cela semble trop beau pour être vrai. Il va être fortifié dans son cheminement par une vision nocturne où Dieu lui fait cette magnifique promesse: «Moi, je descendrai avec toi en Egypte, et c’est moi aussi qui t’en ferai remonter.» Il y a là une découverte étonnante par rapport aux conceptions des religions voisines: La plupart identifient Dieu à un lieu: un Dieu immuable qui ne peut se manifester que dans le sanctuaire local qui lui est dédié. Israël fait l’expérience d’un Dieu en mouvement: Dieu accompagne son peuple dans l’exil et il se fait promesse d’exode, de retour. Où est Dieu? C’est une question qui peut être très pressante pour certains qui traversent des situations d’«exil». Nous pouvons bien sûr penser à tous les réfugiés dans des camps ou dans nos pays, mais aussi à ces différentes formes d’ «exil» que peut devenir pour nous un séjour à l’hôpital ou dans un EMS. Pouvons-nous, comme Jacob, discerner que Dieu est présent là où nous nous trouvons, au cœur de nos exils, et qu’il nous fait la promesse de nous ouvrir un chemin d’exode vers plus de liberté?
Prière: Seigneur, nous te prions aujourd’hui pour tous ceux qui sont loin de leur pays, pour tous ceux qui ont fui la guerre ou la persécution, pour toutes les associations qui leur viennent en aide et les soutiennent: Sois présent dans leur exil et renouvelle leur espérance.  

Référence biblique : Genèse 45, 25 - 46, 7

Commentaire du 27.06.2015
Commentaire du 25.06.2015