Jeudi 21 mai 2015

L’aujourd’hui dans l’avenir (Philippiens 3,12-21)


Lire le texte

L’idéologie contemporaine, c’est vivre l’instant présent, être présent à moi-même, considérer le maintenant comme le temps le plus essentiel. C’est en partie vrai. Trop longtemps, le christianisme a déterminé la société dans la consolation de ce qui doit encore venir, ou même un renvoi au paradis, au mépris du monde ici-bas. Notre texte propose une troisième voie, celle de la tension entre vivre l’instant présent comme une éternité bienfaisante, et courir vers plus, plus de vie, plus de justice, plus de spiritualité. Et l’important ne serait pas dans l’obtention du «prix», mais dans la course, le mouvement vers l’avant. D’autres textes appellent cela l’espérance. Une vie totalement engloutie dans le présent perd la richesse du désir, de l’inaccompli. Mais une vie trop tournée vers ce qui est encore à venir perd la joie des moments présents. Notre texte comporte cette tension à chercher et à développer tout au long de la vie chrétienne contenue dans les versets 12 et 15. Au 12, il est écrit: ce n’est pas que j’aie déjà obtenu tout cela ni que je sois déjà parvenu à l’accomplissement. L’auteur exprime le désir de plus de vie, il est tendu vers l’avenir. Au v. 15, nous lisons: mais si donc nous sommes des gens accomplis. On dirait que l’auteur est déjà dans une vie totalement comblée. Il est possible de saisir des moments dans notre vie où nous vivons une plénitude. Gardons cette tension: le désir de davantage à venir, la joie des grâces déjà reçues.
Prière: Je me réjouis aujourd’hui de pouvoir te connaître et t’aimer, Dieu de Jésus-Christ. Je me réjouis d’être en paix. Et je me réjouis, car il y a encore des grâces que tu veux me faire découvrir dans ces jours qui viennent.  

Référence biblique : Philippiens 3, 12 - 21

Commentaire du 22.05.2015
Commentaire du 20.05.2015