Lundi 11 décembre 2017

Salut inévitable (Esaïe 59,15b-21)


Lire le texte

Alors que la flamme semble s’être éteinte au milieu du peuple et que personne ne possède la lumière pour changer la situation, Dieu provoque le salut. Tel un soldat armé pour le combat, il s’engage pour le rétablissement de sa justice, et son action porte jusqu’aux limites du monde connu – jusqu’aux îles! Il viendra pour Sion sous la figure d’un personnage concret, un rédempteur. Le fidèle chante ici sa confiance en l’action divine, la certitude que l’engagement que Dieu a pris envers son peuple l’amènera à changer la situation, qu’il interviendra et que cette intervention aura un retentissement international: tout le monde en sera touché. Le dernier verset de ce passage est frappant: cette confiance immense qui vient d’être proclamée, ainsi que ce qui précède, n’est pas juste l’affaire d’un instant, mais elle doit s’inscrire dans la durée des générations. Cela implique qu’il faudra conserver et répéter, enseigner et transmettre. La foi – cet état de confiance où la relation se maintient dans le réel – n’est pas une connaissance qui s’impose, mais une confiance qui persiste: celle que, malgré l’absence totale de lumière, de vérité, Dieu n’abandonnera pas sa justice et que les canaux qui permettent à la vie de couler et d’ainsi vivifier le monde seront libérés.

Elio Jaillet

Prière: Dans l’obscurité, Seigneur, vivifie ma foi. Qu’avec l’aide de l’Esprit, je ne sois pas condamné au silence, mais que je puisse chanter ma confiance, dans l’attente de l’arrivée de ton Fils et de sa justice.  

Référence biblique : Esaïe 59, 15 - 21

Commentaire du 12.12.2017
Commentaire du 10.12.2017