Lundi 5 décembre 2016

La proximité de la délivrance de Sion (Esaïe 62,1-5)


Lire le texte

«Je ne resterai pas silencieux, je ne serai pas en repos, jusqu'à ce que paraissent comme une clarté sa justice et son salut», tel est maintenant l'engagement de Dieu envers Jérusalem. Plus de cinquante ans d'exil et de domination, le cri et les pleurs de Juda finissent par décider Dieu de l'urgence à délivrer son peuple. Car dans le projet divin, Juda constitue un phare pour les nations. «La favorisée» sera le nouveau nom de Jérusalem. Et pourtant: Que de souffrances endurées suite au désamour de Dieu envers ce peuple accusé de rébellion. Fini le temps du châtiment et surtout de l'indifférence de Dieu. Car dans la tradition hébraïque, la colère de Dieu est encore préférable à son silence. Et cela peut se comprendre: on ne se met en colère que contre celui avec lequel on est encore en relation. On ignore celui de qui on est séparé. En reprenant la parole en faveur de son peuple, on perçoit de nouvelles noces entre Dieu et son peuple. Pourquoi désespérer parce qu'on est au fond du trou? Pourquoi se détourner de Dieu parce que la réponse à notre cri et à notre prière tarde? Attache-toi à ton Dieu. Accroche-toi à lui: sa mémoire est infaillible et son secours vient. Sauras-tu discerner sa délivrance?
Prière: Père de toutes bontés, ma foi se dessèche et mon espérance s'éteint. Ma prière devient paresseuse parce que j'ai cessé d'attendre ta faveur. Au plus fort de mes malheurs, je me suis même révolté contre toi. Fais-moi revenir vers toi, afin que je guérisse, Dieu de mon salut.  

Référence biblique : Esaïe 62, 1 - 5

Commentaire du 06.12.2016
Commentaire du 04.12.2016