Lundi 20 février 2017

Un mélange d’érotisme et de pureté (Ruth 3,1-13)


Lire le texte

Booz endormi Booz ne savait pas qu’une femme était là, Et Ruth ne savait point ce que Dieu voulait d’elle. Un frais parfum sortait des touffes d’asphodèle; Les souffles de la nuit flottaient sur Galgala. Victor Hugo décrit cette nuit si particulière entre Booz et Ruth, dans le mystère de tout ce qui nous dépasse. Il y a dans cette scène un mélange d’érotisme et de pureté. Ruth a obéi à Noémi, elle s’est parfumée et revêtue seulement d’un manteau, pourtant elle ne cherche pas à le prendre par les sens. Au contraire, elle parle clairement à Booz, lui permettant de comprendre la situation et de décider. Oui, s’il peut, il sera son «racheteur». Elle ne veut pas le séduire par ses charmes, mais le placer en face de ses responsabilités. Il n’empêche que la douceur de la nuit et son ambiguïté nous permettent d’imaginer, de rêver et de nous émerveiller. Une nuit qui s’est passée bien avant la nuit de Noël, mais qui préfigure le destin qui va les dépasser. Une nuit magique où l’un comme l’autre rivalisent de générosité et d’attention.

Delphine Collaud

Prière: Seigneur, nous te confions les couples qui se forment, pour qu’ils puissent (se) construire sur de bonnes bases. Tu veux pour nous le bonheur. Donne-nous de vivre dans la vérité et le don aujourd’hui et chaque jour que tu nous donnes à vivre.  

Référence biblique : Ruth 3, 1 - 13

Commentaire du 21.02.2017
Commentaire du 19.02.2017