Samedi 30 avril 2016

Radicalisme larvé (1 Corinthiens 5,1-8)


Lire le texte

Rien n'y fait: il y a des textes qui, quoi que l'on essaie, gardent un caractère problématique. Leur radicalité fait craindre les pires dérives car c'est déjà arrivé. On a déjà ôté le (prétendu) méchant, déjà livré aux gémonies, déjà détruit le corps pour sauver l'esprit, déjà écarté un seul pour que les autres soient saufs. Cette logique du bouc émissaire est tellement connue qu'au cœur du christianisme, la croix la dénonce. Jésus ne recommandait-il pas précisément de ne pas arracher l'ivraie, de peur de porter préjudice au bon grain en même temps? Alors! Rhétorique de la part de Paul? Scrupules mal placés de ma part devant la raideur de l'apôtre? Manque de confiance face à l'autorité de la Parole? Si seulement, par le fait de ces lignes, on n'était pas tenté de commettre encore l'innommable au nom du Seigneur Jésus... L'amour fraternel, pierre angulaire de la vie en Christ, ne saurait ignorer les valeurs qui le fondent. Il ne congédie pas la lucidité, en particulier celle qui voit comme il est facile de s'habituer à l'injustice et à des comportements ressentis comme abjects. Peut-être est-ce, rivé une fois encore sur un motif sexuel (certes sérieux: un inceste par alliance), le fin mot de ce passage: refuser de normaliser ce qui ne saurait l'être, parce que cela porterait préjudice à l'ensemble des fidèles, et même à la crédibilité civile de la communauté. Peut-être n'est-ce que cela, et pas davantage. Peut-être...
Prière: Mon Dieu, en toute chose, surtout lorsque je me sens atteint, donne-moi le discernement d'une parole juste, d'un geste adapté, d'une prière lucide.  

Référence biblique : 1 Corinthiens 5, 1 - 8

Commentaire du 01.05.2016
Commentaire du 29.04.2016