Mercredi 18 janvier 2017

La force du regard (Luc 5,27-32)


Lire le texte

Jésus contemple (d’un verbe grec rare dans le Nouveau Testament) longuement cet homme appelé Lévi, qui est assis au bureau des impôts. Il voit cet homme en profondeur, tel qu’il est, tel qu’il est devenu, tel qu’il est capable de devenir encore, tel qu’il aspire à être... Un regard qui ne juge pas, mais qui voit le réel de sa vie avec bienveillance; une parole fuse aussitôt: «Suis-moi!« Désormais, Lévi à son tour regarde sa vie, non pas telle qu’elle était ou telle que les autres la voient, mais à partir de ce regard et de cet appel. Lui le païen et l’ennemi des juifs (par son métier qui fait de lui un collaborateur des Romains) devient disciple de Jésus; sa vie prend un nouveau sens en se nourrissant de ce regard qui le révèle à lui-même et de cet appel qui le fait avancer sur un nouveau chemin. Celui-ci s’ouvre tout de suite par un acte de prodigalité et d’accueil: Lévi organise un banquet, signe de la grâce reçue, qu’il veut célébrer avec tous ses collègues et amis, quelle que soit leur appartenance religieuse ou sociale. Au diable les qu’en dira-t-on!
Prière: Seigneur, toi qui es venu appeler à la conversion tous les humains, aujourd’hui, à mon tour, je veux me laisser regarder par toi et entendre ton appel. Je veux entrer en relation avec toi et m’accepter avec mes failles, mes détresses, mes fragilités. Aujourd’hui, quel qu’ait été mon chemin, je me sens enrichie de ton regard et je suis disponible pour vivre de ta Parole et la partager, avec toutes celles et ceux que je côtoie.  

Référence biblique : Luc 5, 27 - 32

Commentaire du 19.01.2017
Commentaire du 17.01.2017