Dimanche passé, des volées de catéchumènes vaudois ont terminé leur parcours de catéchisme par un culte paroissial.

On leur a demandé de faire le point après toutes ces années à découvrir les choses de la foi, et de venir dire publiquement qui Jésus représente pour eux. Et s’ils le désirent, ils ont pu confirmer les engagements de leur Baptême ou être baptisés – s’ils ne le sont pas encore.

Le jour qui fête l’entrée de Jésus dans Jérusalem, assis sur un âne et acclamé par la foule, ces jeunes entrent – un peu moins bruyamment – dans leur «majorité religieuse»: ils ont désormais la possibilité de participer pleinement aux affaires de leur Eglise réformée.

Chaque année, je suis touché par le sérieux que la plupart met à se préparer à la cérémonie: c’est qu’il va falloir parler devant toute une assemblée (bienveillante, rassurez-vous!) composée de leur famille et des participants réguliers au culte! À 15 ans, ce n’est pas si facile que ça… Et avec ce sérieux, c’est la profondeur dont certain(e)s font déjà preuve qui me réjouit. Ils ont déjà vécu, parfois souffert, ils ne savent pas toujours quel métier choisir pour leur avenir, ils aiment s’amuser, le nez (un peu trop à mon goût) collé sur leur téléphone, et en un temps minimal, ils ont la faculté de trouver par Internet des réponses à des questions insolubles pour moi. Ils savent m’épater!

Alors…même si je sais bien que je n’y suis pas pour grand-chose, quelle fierté de pouvoir année après année m’avancer avec eux, et les entendre dire ces mots qui parlent de leur confiance ! Belle fête à vous toutes et tous les jeunes !

Olivier Sandoz, pasteur EERV