egypte_eglise_copteA l’écoute du bruit et devant la fureur du monde qui nous environnent, juste une prière, que chacun-e est libre de reprendre, corriger, amender…

* * *

L’horreur a encore frappé !

Dimanche passé, attentats en Egypte et au Nigéria, mais juste avant c’était en Turquie et, quotidiennement, c’est en Syrie…

Serait-ce que je m’habitue à ne te prier qu’aujourd’hui et pas hier ?

Peut-être. Ce risque existe, c’est certain. Cette tentation m’enserre.

Pardonne-moi, Dieu vivant, Source de toute existence, de trier mes émotions, de n’être attentif qu’occasionnellement.

Des chrétiens, des musulmans sont assassinés, tués dans des attentats. Leurs bien-aimés les pleurent. D’autres sont torturés, condamnés à se cacher, fuir ou s’exiler. Aussi n’est-ce pas de moi que je veux Te parler, mais de ces frères et sœurs dont je ne connais pas les noms ni les visages, ni même parfois la langue, mais que Toi Tu connais et reconnais. Ils sont tiens, je le crois, je le sais.

Tant de tes enfants se retrouvent orphelins, Toi que j’ose appeler Père, prends soin d’eux.

Tant de parents, désormais sans avenir, sont en manque abyssal de leurs enfants, morts. Toi qui rejoins les tiens sur les routes du deuil, donne-leur de discerner Ta présence à leurs côtés.

Tant de tes proches sont assoiffés de justice, Toi qui es Source, abreuve-les.

Tant de cœurs se vident, lorsque leurs espoirs s’effacent comme de la buée, Toi qui Essentiel, comble ce néant abyssal.

Tant de cris montent, Toi qui entends le moindre frémissement, reçois ces appels de détresse.

Tant de plaintes sont déposées, Toi qui es l’avocat du plus faible, défends ces causes justes.

Tant de visages sont noyés de larmes, Toi qui es compassion, sèche leurs pleurs.

Tant s’égarent, Toi qui es le chemin, donne-leur de retrouver le cap.

Tant d’entre nous souffrent de cécité, Toi qui as guéri un aveugle, restaure notre vision.

Tant d’entre nous deviennent sourds, Toi qui ne cesses d’écouter les tiens, rétablis notre audition.

Car ce n’est qu’avec ton regard et ton attention que nous discernerons véritablement combien Tu souffres en Egypte, au Nigéria, en Turquie, en Syrie…

Toi qui viens nous révéler Ton visage en celui d’un enfant, malmené sur les routes humaines, entends ces mots maladroits, peut-être même faciles. Reçois-les pour que vienne et se répande Ta paix, celle que le monde est incapable de donner.

Au nom de Jésus, mon frère.

Amen

> Document PDF