Message de Xavier Paillard à la cathédrale de Lausanne

ARC Jean-Bernard Sieber

Vendredi-Saint…

Les chrétiens rappellent partout dans le monde la condamnation à mort et l’exécution de Celui qu’ils reconnaissent comme le Messie, le Fils de Dieu…
La mort d’un innocent dont la seule faute est d’avoir prêcher l’amour et le pardon sur les chemins de Galilée et de Judée – amour et pardon à recevoir de Dieu et à vivre en humanité.
La mort d’un innocent dont la seule faute est celle d’avoir voulu construire des ponts plutôt que des murs par dessus les frontières entre les peuples et entre les religions …

Vendredi-Saint…
le sort d’un homme qui aurait probablement été oublié sans le mystère de sa Résurrection à Pâques… ce passage qui appelle l’humanité entière à ne jamais désespérer et à croire que les forces de vie, de paix et d’amour seront toujours plus forte que les forces de mort qui gangrènent notre monde…

Vendredi-Saint…
Un scenario pour le moins révélateur …
Révélateur des intégristes religieux – les pharisiens – qui en viennent à semer la mort au nom de Dieu pour tenter d’imposer leur vision du monde à la société…
Révélateur des responsables politiques – Hérode le juif et Pilate le romain – qui n’hésitent pas à se refiler « la patate chaude » plutôt qu’à prendre leur responsabilité, au risque de décevoir leurs « électeurs » si vous me permettez cet anachronisme…
Révélateur du peuple enfin… triste exemple de désinformation et de dérive de la démocratie lorsqu’elle en vient à condamner le chantre de la tolérance et à crucifier le plus faible de ses membres…

Vendredi-Saint…
Une vieille histoire, pas si vieille que ça somme toute,
Qui nécessite une interprétation des textes dont nous sommes les lecteurs,
Et qui appelle aussi à une interprétation de la société dont nous sommes les acteurs.
Travail d’interprétation, loin de tout intégrisme, qu’il soit scientifique, politique ou religieux…
Dans le dialogue entre différentes perceptions du monde et de la société.

Rendez à César ce qui est à César… ET rendez à Dieu ce qui est à Dieu
Rétorquait Jésus de son vivant aux pharisiens qui lui tendaient un piège.
La vie en société n’est pas OU religieuse… OU politique leur répond-il ;
Elle est politique ET religieuse, comme cette journée…

Alors il convient naturellement de rendre à César ce qui est à l’effigie de César…
C’est la pièce, à l’effigie de notre Etat démocratique – un parlement tout neuf – … 
que le citoyen que je suis rend honnêtement à notre grand argentier en payant ses impôts pour contribuer au bien commun…
De même il convient spirituellement de rendre à Dieu ce qui est à l’image de Dieu…
C’est l’humain, à l’image du Dieu parent…
Auquel le croyant que je suis rend publiquement témoignage en payant de sa personne pour contribuer au bien commun…

Oui, j’ai cette conviction que la vie religieuse comporte inévitablement une dimension publique. C’est pour cela que je suis là… et que je me réjouis de la rencontre de ce jour.

La foi est une question intime, éminemment personnelle, je suis bien d’accord ; mais elle ne saurait en aucun cas être cantonnée à la sphère privée, d’abord parce qu’elle est évidemment communautaire, en ce sens qu’elle appelle ma relation aux autres et à Dieu ; ensuite parce qu’elle est inévitablement publique, en ce sens qu’elle guide ma vie personnelle et sociale.

Attentif au lien social et à la paix confessionnelle, on prend alors la mesure de la reconnaissance des instances politiques par le religieux– et donc du respect du droit civil – et la mesure de la reconnaissance des communautés religieuses par le politique – et donc des valeurs fondamentales dont elles sont porteuses –.

Rendez à César ce qui est à César… et à Dieu ce qui est à Dieu.

La monnaie commémorative – frappée à l’occasion de l’inauguration du nouveau parlement vaudois en ce jour de Vendredi-Saint – est un beau « clin d’yeux » qui nous est fait afin que nous nous souvenions toujours, dans nos vies et nos débats, des dimensions horizontales et verticales de la vie, selon le symbole de la Croix.

Amen

ARC Jean-Bernard Sieber

Enregistrer

Enregistrer